Accueil

 

     The Wine Advocate 2005 by Robert Parker

    "Le 2005 à Bordeaux est-il le millésime parfait?"  Voila comment le critique américain Robert Parker introduit les vingt-trois pages qu'il consacre à noter les plus grands vins rouge du dernier millésime!

Extrait d'une des vingt-trois pages    Article du journal Sud-ouest du 02 mai 2006

   Robert parker classe le vin Tour Saint Bonnet 2005 dans les "Autres Vins recommandés" et lui attribu la note de 88-90, quelques explications sur son système de cotations par fourchette de notes (Page en anglais)    (En français par Google) .

 

  Référence de notre Château tirée du livre " Bordeaux et ses vins" aux  © EDITIONS FERET. Tous droits réservés.

   Voir  aussi l'article de Robert Parker.

    L'historique de Saint Bonnet est passionnant à suivre, cependant nous ne ne pouvons, ici, qu'en rappeler quelques éléments.

    Dans son intéressant livret " Les Seigneurs de Saint Bonnet en Médoc " Arnaud Plichet nous indique que c'est en 1519 qu'il voit apparaître pour la première fois dans les textes la mention de cette Seigneurie ou Maison noble. Elle appartenait à la famille de Minvielle qui était aussi seigneur d'Escurac (à Civrac en Médoc) et qui possédait des droits sur la seigneurie de la Bernède (à Bégadan). Sans doute, ajoute-t-il, l'origine de la Seigneurie de Saint Bonnet est bien antérieure à cette date, et remonte au moins à 1505, puisqu'à cette époque nous avons la mention d'un hommage rendu au seigneur de Castillon (à Saint-Christoly-Médoc) mais sans le nom du possesseur, ce qui ne lui permet pas de remonter dans le temps avec certitude, mais seulement de formuler des hypothèses.

    De tout temps le domaine de Saint Bonnet fut occupé, comme l'attestent la présence d'un sarcophage en pierre que la tradition orale des propriétaires actuels cite comme ayant été trouvé aux alentours de la maison, et la découverte d'une pièce de monnaie en bronze du 2e millénaire. De même, en 1608 il existait une chapelle dédiée à Saint Marc, celle-ci partiellement en ruine fut complétement détruite en 1786. De nos jours, la tour située dans le vignoble est un vieux colombier ou fuie vraisemblablement reconstruit, au XIXe siècle, sur l'emplacement d'une tour de la maison forte.

    Jusqu'au milieu du XVIIe siècle, comme la plupart des domaines du Médoc, la vocation de Saint Bonnet était essentiellement agricole (céréales et élevage), ce qui ne veut pas dire que la vigne était absente, mais sa culture était secondaire. Ainsi, un inventaire de la Maison noble de Saint Bonnet, daté de 1692, nous indique : dans le grenier, divers grains (blé, seigle, froment) ; dans les chais, 26 barriques de vin rouge, 20 barriques de vin blanc, 1 tonneau de vin vieux ; 135 têtes de bétail, moutons et bœufs.

    En 1868, dans la deuxième édition de Bordeaux et ses Vins La Tour-Saint-Bonnet appartenait à M. Caranave et produisait une moyenne de de 80 à 100 tonneaux de vin rouge.

    En 1893, le château portait le nom de La Tour-Saint-Bonnet-Cazenave, et était propriété de M. Amédée Lebœuf qui, en 1903, le cédera à M. Étienne André Lafon. Aujourd'hui c'est sa petite fille et son mari, Mme et M. Merlet-Lafon, aidés de leurs enfants qui dirigent l'exploitation de cette belle unité viticole qui, en 1996, suite à un procès intenté par le château Latour à Pauillac, doit abandonner le " La " devant " Tour " pour s'appeler château Tour Saint Bonnet.

    Au bord de la Gironde, admirablement exposé sur les meilleures croupes graveleuses de la commune, le vignoble du château Tour Saint Bonnet, entretenu de façon traditionnelle (pas de désherbage chimique), s'étend sur 40 hectares, et produit 200 tonneaux environ d'un excellent vin, particulièrement apprécié et recherché pour sa finesse et son bouquet. C'est à juste titre que ce vin est considéré comme un des meilleurs " Bourgeois " du Médoc.

© EDITIONS FERET. Tous droits réservés.


    Référence de notre Château tirée du livre " Les vins de Bordeaux"  de Robert Parker aux  © EDITIONS SOLAR .  Tous droits réservés.

     Voir  aussi la référence des éditions Feret.

    Tour Saint-Bonnet - Très Bon

     Cru bourgeois - équivaut à un 5e cru

     Propriétaire: GFA Tour Saint-Bonnet

    Adresse: 33340 Saint-Christoly       

    Tél. et Fax 05 56 41 53 03               

     Visites : sur rendez-vous uniquement

     Contact : Nicole Merlet                       

 

 

__________________________________________________________

Superficie : 40 ha (Saint-Christoly - appellation Médoc)

Vins produits :

Château Tour Saint-Bonnet - 200 000 b ; La fuie Saint-Bonnet - 20 000 b

Encépagement :

45 % cabernet sauvignon, 45 % merlot, 5 % malbec

Densité de plantation : 9 000 pieds/ha - Age moyen des vignes : 30-35 ans

Rendement moyen : 40-50 hl/ha

__________________________________________________________

Elevage :

fermentations et cuvaisons de 21 jours ;

vieillissement de 18 mois en cuves de bois ;

collage ; filtration non systématique

__________________________________________________________

A maturité : dans les 6 à 14 ans suivant le millésime

Le Tour Saint-Bonnet a toujours été l'un de mes crus bourgeois préférés. Le premier millésime que j'ai dégusté - que j'ai ensuite acheté - est le 1975. Le vignoble de 40 ha est situé sur une croupe graveleuse à proximité de la Gironde, près du village de Saint-Christoly.

Loin d'être souple, accessible et d'un style commercial, ce vin est plutôt profondément coloré, ferme, tannique et corsé, mais aussi étonnamment concentré. Dans la plupart des millésimes, il requiert une garde de plusieurs années pour se défaire de ses tannins, et, dans les grandes années - telles 1975, 1982 (le meilleur Saint-Bonnet que je connaisse), 1985, 1986, 1988, 1989, 1990, et 1995 -, il faut même l'attendre 10 ans, si ce n'est plus. Les vendanges sont mécaniques, et les rendements, de 40 à 50 hl/ha, paraissent plutôt faibles en comparaison de ceux que l'on observe généralement aujourd'hui. Détail intéressant, les vins ne sont pas vieillis en fûts traditionnels, mais en cuves de bois. La famille Lafon, propriétaire du château, estime que ce mode d'élevage permet de préserver l'intensité, la richesse et la concentration du fruit.

© EDITIONS SOLAR .  Tous droits réservés.

 

Haut de Page